Division ruines

Plus attaché à une humanité dévastée, David Joly nous propose, en collages qui sont autant de magistrales gifles à nos intolérances, une vision particulièrement violente de nos sociétés urbaines qui oublient, loin derrière ces tas de détritus suburbains, ces gens du voyages, gitans, roms ou tsiganes dont la liberté d’être et de s’exprimer ne rentrent pas dans les moules de nos modes de vie calibrés. Alors on les rejette dans ces espaces noirs, honnis, d’où jaillissent pourtant les flammes de la vie. Etonnant combien dans ces toiles, l’humain n’apparait que là, dans ces campements de fortune, comme des mythes vivaces !
Catherine CLERC MAGMOZAIK